POURQUOI JE MARCHERAI LE 30 JUIN AU 14 JUILLET 2011 VERS BRUXELLES ? EN VOICI LA RAISON

Publié le par jemarche

 

NPNS soutient les femmes de République Démocratique du Congo (RDC)

NPNS soutient les femmes de République Démocratique du Congo (RDC)

Sihem Habchi, présidente du Mouvement Ni Putes Ni Soumises, s'est rendue en RDC pour soutenir  une initiative formidable du V-Day - crée par Eve Ensler, l'auteur des "Monologues du Vagin" - La Cité de la joie. Cette Cité est un refuge pour des centaines de femmes victimes de viols à qui l'on propose des soins curatifs ainsi qu'une formation professionnelle poussée ( agro-alimentaire, secrétariat, informatique...), afin que les femmes adoptent de réels comportements de leaders à leur retour.

Ni Putes Ni Soumises travaille depuis plusieurs années à éveiller l'opinion publique sur la question des femmes congolaises, organisant depuis plus de 2 ans des expositions et des débats en partenariat avec la diaspora congolaise en France. Nous n'avons cessé de dénoncer le silence étourdissant dans lequel sont enfermées les congolaises, alertant l'opinion publique et les médias,  grâce à des campagnes de sensibilisation comme celle-ci.

Loin d'accepter les penchants victimaires, nous avons tenu à soutenir l'initiative de la " Cité de la joie" afin qu'elle puisse être multipliée en RDC-même et ailleurs, car la solution au conflit se trouve du côté des femmes, comme l'explique V-Day si justement dans son slogan " Stop Raping Our Greatest Resource".

 Il était enfin primordial que nous rendions compte là-bas de ce qu'il se passe ici, en France, concernant les femmes congolaises originaires du Kivu; comme l'explique Sihem Habchi dans l'article du madame Figaro ci-joint. Elles sont peu considérées par les autorités préfecturales alors que le motif de la fuite est inlassablement celui de la violence sexuelle.  Nous nous appliquons, via notre plateforme de travailleurs sociaux à défendre le droit à la protection pour toutes ces femmes hautement persécutées, par tous les recours et moyens juridiques épuisables.

Commenter cet article